Un blog, des news


 
 
Bla bla, etc.
News courantes Archives 2018 Archives 2017 Archives 2016 Archives 2015

Le 06 juillet 2019

Salon des écrivains londais (83)

Super chouette journée de dédicaces à la La Londe-les-Maures, d’autant plus que j’y allais en traînant les pieds. Mais si, vous savez, abandonner une prometteuse journée en famille du côté de mon hamac d’amour, pour ce genre de petit salon très très local, avec peu de visiteurs. Et en prime le risque des voir des mecs me lancer des regards entendus en lisant les titres de mes romans. Pff, fatigue. Bon, comme c’est chez moi ici, je trouve que c’est quand même plus sympa de se la jouer corporate.

La bonne nouvelle, c’est que ce salon, qui se tient tous les deux ans, a été pour sa cinquième édition délocalisé au Jardin des oliviers. What !? Vous ne connaissez pas le Jardin des oliviers ? C’est sûrement pour ça que vous n’êtes pas venus ;-) Jusqu’à présent, le salon se tenait sur le parvis de la mairie, au marbre dur, qui donnait tout ce qu’il avait pour renvoyer sa réverbération. Et en juillet dans le Var, je vous promets que la réverbération, on s’en passe bien.

Esther Jules au Salon des écrivains londais 2019

Nous voici donc dans un très beau jardin public, certes un peu excentré par rapport aux grandes artères de la ville. Le manque de publicité autour de l’événement, ainsi que son manque de renommée, ne vont pas vous aider. Mais au moins avons-nous là de beaux arbres et de belles pelouses, il est toujours bien agréable d’être dans un cadre sympathique. Cette année, l’association Lou Suve, qui organise le salon, merci à elle, a aussi décidé de voir plus grand, et a invité une fanfare, lancé un concours de nouvelles, et un atelier d’écriture. Sympa.

Installée sous une toile de tente blanche, entre Georges Terlon, auteur du terroir, et Éric Cramaregeas, auteur pompier, j’étais fort bien entourée. George, je le connais depuis le jour de ma naissance, et Éric, quand on l’a rencontré une fois, on ne peut pas ne pas le connaître. C’est le pompier le plus bavard de tout le département. Il est en mode « on » en continu. Avec son uniforme, il a magnétisé toutes les femmes dans un rayon de 20 m, et avec sa tchatche, ses bons mots, et ses bénéfices reversés aux orphelins des pompiers, il attirait les lectrices comme ver luisant une nuit d’été. Il m’a amusée toute la matinée, et est reparti avec un « Contrat, glaçons un coup de foudre » dans son casque. Je lui souhaite bonne lecture.

Salon des écrivains londais, 06 juillet 2019

En cette belle et chaude journée d’été, j’ai croisé plein de lecteurs sympas, dont des gens que je n’avais pas revus depuis un certain nombre d’années. Et j’ai été ravie de bavarder avec eux. Côté archétypique de salons de livres, j’ai évidemment eu droit à la collectionneuse de marque-pages, celle qui fait le tour de tous les stands pour en rapiner aux auteurs, sans jamais rien acheter à personne. J’ai aussi eu la vieille qui a fait un bond en arrière quand j’ai voulu lui laisser ma carte de visite après qu’elle ait lu toutes mes quatrièmes de couverture (oui toutes, intégralement). Alors ma brave dame, un flyer ou une carte de visite, ça ne mord pas. En général on empoche poliment, avant de le jeter en rentrant chez soi si on n’est pas intéressé. Le bond en arrière, c’est une première. Je suis morte de rire, j’ai l’image gravée dans ma rétine et je peux la revoir en boucle si j’ai envie de rire un coup.

J’ai aussi eu la dame qui m’a demandé : « C’est vous qui les avez écrits ? » J’ai hoché la tête comme un de ces chiens qu’on trouvait sur les plages arrière des voitures quand j’étais petite. (Désolée les jeunes, vous ne pouvez pas comprendre). Et j’ai souri largement. Parce que si je lui avais dit : « Oh ben non poulette, je passe huit heures non-stop sous le cagnard à plus de 30° à l’ombre, debout derrière mon stand, à grignoter un paquet de chips pour tout repas de midi, juste pour le fun, parce que je n’avais pas envie d’aller à la plage aujourd’hui. Non, moi ce qui me faisait kiffer pour ma journée, c’est de dégouliner sous une tente en expliquant aux personnes qui le demandent où sont les toilettes. » Comme je suppose qu’elle aurait moyennement apprécié, j’ai préféré sourire. En vrai, j’adore regarder les gens, les voir bouger, agir, se comporter, et même les questions ou les attitudes qui me font hausser les yeux au ciel, sont pour moi une forme d’enrichissement. Les gens qui lisent des livres sont des gens intéressants, non ? Merci les gens.

Donc une chaude journée, merci aux amours qui m’ont acheté des livres. Grâce au dieu de la flemme, ce salon a certainement été mon dernier de l’année, à moins que je ne sois piquée du démon de la folie, ce qui n’est jamais exclu me concernant.

Salon des écrivains londais 2019

Le 26 juin 2019

Roman terminé!

Tadaaa! J'ai terminé l'écriture d'un nouveau roman!
 
Super chouette, danse de joie....
Oui mais en fait non.
 
Oui mille fois oui, parce que ça y est, l'histoire est sortie de bout en bout, les personnages sont là, bien vivants, les scènes gravées dans le disque dur.
 
Mais non parce que beuarrrrrr... la partie pénible commence, j'ai nommé la réécriture. Et vraiment je n'aime pas ça. Pourtant, il y a un sacré travail, entre le texte brut vomi de mes entrailles et un roman présentable. Mais qu'est-ce que je déteste cette partie purement rédactionnelle! Je n'ai plus besoin d'inventer, de faire appel à mon imagination, de relier tous les petits fils qui traînent ici et là dans le roman. Non, c'est du tout cuit. Mais c'est d'un ennuyeux. Aussi soporifique que la traque de la fôte. Je vais lire et relire le texte à ne l'en plus voir, à tel point qu'il va me sortir des yeux.
 
En attendant d'avoir passé cette étape purgatoire, je vous dévoile juste qu'il s'agit d'une comédie romantique, et qu'elle se passe en Ecosse.
;-)

Le 12 mai 2019

Salon du livre de La Crau (83)

Un salon bien organisé, avec de grandes tables, et de super voisins d'exposition :-)
12 mai 2019 La Crau
Affiche du Salon du livre de La Crau 2019
Organisation du salon de La Crau

Le 23 février 2019

Dépôt légal de livres à la BNF: infos et tuto, sur Youtube

J’avais envie de faire un petit point, essentiellement à destination des auteurs qui s’interrogent sur le dépôt légal des livres en France.
J’ai donc opté pour 4 minutes de vidéo, que vous pouvez voir sur YouTube Envoi en franchise postale
Thématiques principales : Le dépôt légal, qu’est-ce que c’est ? À quoi cela sert-il ? Comment se passe le dépôt ? Est-ce une démarche de l’éditeur ? Si je suis autopublié ? Et pour les livres numériques ?

Le 09 janvier 2019

Retour d'expérience: je publie mon livre numérique « Journées boulettes » avec BOD

A la recherche d'un prestataire pour procéder à la publication numérique de « Journées boulettes », j'avais dans un premier temps laissé tomber l'idée de publier un ebook avec BOD. Logo BoD Je souhaitais en effet envoyer mon propre fichier. Le service client, interrogé sur la question, me répondait que c'était impossible, qu'il fallait impérativement passer par leur outil de création. Comme je préfère dans certains cas procéder à mon propre codage, j'avais renoncé.
Eh bien en fait non! Mauvaise compréhension de ma question ou manque de compétence du service client? En tout les cas il suffisait d'essayer pour s'en rendre compte, il y a un bouton "télécharger" qui permet d'importer son propre fichier epub.
 
Cet impératif étant pour moi validé, j'ai poursuivi mon objectif, celui de ne pas me farcir la mise en vente boutique par boutique. Je cherchais un service qui fasse tout pour moi.
Je me suis laissé tenter par l'offre de publication BoD ebook à 0€. On peut dire que ce n'est pas cher.
Pour ce prix-là, BoD me propose de mettre en ligne mon epub, vendu chez divers partenaires plus ou moins indéfinis (à ma demande, on me répond que la liste change souvent), mais avec tout de même les grands du secteur. Après vérification, je le trouve en vente chez Amazon, Kobo, iTunes, GooglePlay, Furet du nord, Chapitre, Cultura.
(Mais pas Fnac, pas Bookeen, pas Decitre, pas Espace culturel Leclerc). A chacun de voir si ces revendeurs suffisent.
Il n'y a pas de durée de contrat, ce qui est génial, je peux arrêter quand je veux.
 
Chez BoD ils permettent la précommande, ce qui est chouette. Mais il faut savoir que tous les vendeurs ne pratiquent pas cette option. Dans mon cas, je n'ai trouvé mon livre précommandable que chez Amazon. BoD au aussi une option de prix différent durant la période de précommande. Re-chouette.
Pour les tarifs affichés par BoD, c'est par ici :https://www.bod.fr/auteurs/publier-mon-livre/produits-et-tarifs.html
 
Pour mettre en vente son livre, on est obligé de saisir son iban, même si c'est pour souscrire à une offre gratuite; tout se passe par virements chez eux, que ce soit en débit ou en crédit.
Ils annoncent 70% des "recettes nettes issues de l'exploitation du titre". Calcul par trimestre, paiement à 30 jours au-delà de 25€.
 
Je fais clic clic clic, et voilà mon livre en préco avec, me prévient-on, quelques jours de latence pour le référencement chez les uns et les autres.
Mon bilan pour l'instant: pour super pas cher et peu de manipulations, mes nouvelles sont en vente dans 7 boutiques, et plus si affinités, et j'ai un interlocuteur unique en cas de souci. J'ai la possibilité de changer le résumé et les mots-clés. Par contre pour modifier le fichier ou changer le prix, il faut republier. Mais à 0€ sans engagement, on ne va pas en faire une histoire.
Le plus gros bémol avec ce prestataire, à mon sens, c'est qu'il ne permet pas de voir dans quelle enseigne ont été acheté les ouvrages, ce qui est pénible, non seulement pour faire des statistiques, mais surtout pour pousser en même temps sur les réseaux sociaux les revendeurs qui marchent.